Prison @cactus
Prison

Yuujirou détestait son apparence physique. Il pouvait passer des heures à se regarder dans le miroir sans jamais être satisfait du reflet qu'il lui renvoyait. Ses cils étaient trop épais, son visage était trop rond, sa poitrine était trop développée, ses cheveux étaient trop longs, ses hanches étaient trop larges et sa taille était trop fine. Il pouvait passer des heures entières à lister ce qu'il détestait chez lui (et il le lui arrivait parfois de le faire, même s'il ne l'avouerait à personne).

Enfant, il avait longtemps cru que le problème venait de lui. Sa mère le lui avait répété des dizaines de fois, mais rien n'y faisait, Yuujirou n'arrivait pas à croire qu'il n'était qu'un simple « garçon manqué » et qu'il « deviendrait plus féminine en grandissant ». Pourtant il aurait voulu que sa mère aie raison, comme toujours. Si seulement ce qu'il voyait en lui était en accord avec ce qu'il voyait à l'extérieur, sa vie aurait été bien plus facile.

Il se souvenait encore du jour où il avait annoncé à sa famille ce qu'il ressentait. Le jour où il avait prit son courage à deux mains et leur avait part de ses inquiétudes les plus profondes, croyant naïvement que ses parents le comprendraient. Il avait été si stupide.

Il revoyait encore le regard froid de son père et le visage dégoûté de sa mère, comme s'ils ne l'avaient jamais aimé de toute sa vie, comme s'ils avaient si honte de lui qu'ils auraient voulu qu'il ne sorte plus jamais de sa chambre. A cet instant, Yuujirou en avait eu le cœur net. Ses parents auraient préféré qu'il reste enfermé dans une pièce jusqu'à ce qu'ils oublient son existence-même.

Si cela ne tenait qu'à lui, il l'aurait fait sans une seule once d'hésitation. S'il en avait eu le courage, il serait même allé jusqu'à quitter cette demeure désormais si froide et où tout le monde le regardait comme s'il n'y avait pas sa place.

Yuujirou ferma les yeux et remonta la couverture jusqu'à ce que même sa tête soit couverte.

Là, recroquevillé dans son lit, s'il se concentrait suffisamment il pouvait s'imaginer un endroit où tout serait différent. Un monde où il ne serait pas né dans ce corps qui ne lui convenait pas, un monde où il serait libre de vivre pleinement sans devoir jouer une comédie qui le tuait un peu plus chaque jour, un monde où, aux yeux de tout le monde, il serait Someya Yuujirou.

Si seulement.

Il entendit des pas se rapprocher de sa chambre jusqu'à s'arrêter juste devant la porte. Ses pas, ils les reconnaîtraient entre tous. Des pas qui, jusqu'à il y a peu, étaient accompagnés d'une voix douce et aimante.

« Yui, l'appela la voix froide de sa mère. Dépêche-toi de te lever. Tu vas être en retard. »

Ses yeux s'ouvrirent et il sortit lentement la tête de sous la couverture. Après quelques secondes, les pas s'éloignèrent et il trouva la force de sortir de son lit. Il attrapa d'une main molle la jupe de son uniforme et la regarda, se demandant ce qu'il avait fait de mal dans sa vie précédente pour mériter ce quotidien qui l'épuisait.

Il enleva son pantalon de pyjama et mit sa jupe, ses doigts tremblant tellement qu'il dût s'y reprendre plusieurs fois avant d'arriver à fermer le bouton. Il brossa ses cheveux rapidement, évitant de se regarder dans le miroir, sachant très bien qu'il verrait seulement le reflet d'une jeune fille qui ne lui ressemblait en rien.

Aujourd'hui encore, Yuujirou se retrouvait à jouer la comédie.

Aujourd'hui encore, Yuujirou devait faire semblant d'être quelqu'un qu'il détestait.

Il essuya ses yeux, refusant de laisser les larmes couler sur ses joues, sachant très bien qu'elles ne changeraient rien à sa situation, avant d'attraper son sac.

Aujourd'hui encore, Yuujirou était coincé dans la prison qu'était le corps de Someya Yui.

1. Prison 685 0 0