Homemade Chocolate @cactus
Homemade Chocolate

« Non, mais je rêve. » Yuujirou ouvrit le four à toute vitesse et regarda avec horreur une fumée noirâtre s’en échapper. Il toussa avant d’attraper un torchon pour récupérer le plat qui était à l’intérieur. « C’est une blague ! » S’exclama-t-il en voyant l’état des biscuits qu’il venait de faire. L’extérieur était complètement brûlé, impossible de manger une horreur pareille, mais lorsqu’il en coupa un en deux, il vit avec ébahissement que l’intérieur était encore pâteux, comme s’il n’avait pas cuit du tout. 

« Non, pas encore… gémit-il, dépité. »

Un rapide coup d’œil vers l’horloge lui indiqua qu’il était bien trop tard pour refaire des biscuits. Il était cinq heures du matin, il avait encore une heure devant lui avant que sa famille ne se lève et qu’il doive se préparer pour aller en cours. Jamais il n’aurait cru faire une nuit blanche entière pour préparer des biscuits pour la Saint-Valentin et pourtant, voilà où il en était aujourd’hui. 

Dépité, il jeta son énième fournée. Il n’avait plus assez de temps pour faire des biscuits, mais s’il commençait à préparer des chocolats alors il pourrait les faire refroidir toute la journée. Après les cours il reviendrait chez lui pour les récupérer et repartir en courant au travail. 

Il attrapa son téléphone pour chercher une recette sur internet tout en sortant les ingrédients. Il n’y avait rien de bien compliqué, même lui pouvait faire de simple chocolats. 

Il mélangea du caramel dans les premiers chocolats avant de se rappeler qu’Aizou détestait le caramel. 

Dans sa deuxième préparation, il fit tomber beaucoup trop de sucre pour que ce soit rattrapable. 

Durant son troisième essai, il partit mettre son uniforme de peur d’être en retard en cours et lorsqu’il revint à la cuisine, le chocolat était en train de brûler. 

Yuujirou était désormais en train de travailler sur sa quatrième tentative, il était presque six heures du matin et il était épuisé. Il avait passé la nuit entière à cuisiner, il voulait juste dormir, mais il avait un contrôle d’histoire dans deux heures et il ne se souvenait même pas du sujet de la leçon. C’était la seule raison pour laquelle il était en train de pleurer, cela n’avait rien à voir avec ses dix-huit échecs précédents. Pas du tout. 

« Saint-Valentin de merde, pesta-t-il. Fête commerciale de merde. Aizou de merde. T’as intérêt à les aimer ces chocolats de merde parce que j’en referai plus jamais.  »

Les larmes roulaient sur ses joues et tombaient dans sa préparation, mais il était bien trop fatigué pour s’en préoccuper. Il allait s’endormir sur sa copie et n’arriverait jamais à avoir la moyenne. 

Yuujirou détestait vraiment la Saint-Valentin. 


Aizou fronça les sourcils en voyant que personne n'était encore arrivé. Il savait que Hiyori devait probablement être en train de préparer pour leur concert de ce soir et il ne la verrait pas avant plusieurs heures, mais il était étonné d'être arrivé avant Yuujirou. D'habitude il arrivait toujours en avance et ne ratait jamais une occasion de se moquer de lui lorsqu'il n'arrivait pas à se réveiller à l'heure. Mais aujourd'hui, peu importe où Aizou regardait, Yuujirou n'était nulle part.

Une demi-heure après être arrivé, on lui ordonna d'aller essayer différentes tenues, ce qui était ridicule étant donné que celle qu'il allait porter était déjà prête, mais tant qu'il avait de quoi s'occuper, il ne se plaignait pas. Il essaya donc différents vêtements, différentes coiffures, différents tout pendant ce qui lui sembla durer des heures (juste une, en fait) avant qu'on le laisse enfin tranquille.

Il repartit dans le hall au moment où Yuujirou arriva.

« Yuujirou ! appela-t-il et fronça les sourcils lorsqu'il le vit se figer. Tout le monde te cherche, où est-ce que tu étais ? demanda-t-il en s'approchant rapidement de lui. »

De son côté, Yuujirou gardait la tête baissée. « Yuujirou ? répéta Aizou, légèrement inquiet. Ça va ? » 

Yuujirou haussa mollement les épaules en relevant la tête et Aizou put enfin voir sa mine abattue. Il avait les yeux rouges et gonflés et il donnait l’impression de ne pas avoir dormi de la nuit, ce qui ne l’étonnerait pas du tout. 

« Oh, Yuujirou… soupira Aizou en secouant la tête. »

Il posa ses deux mains à plat sur les joues froides de Yuujirou et ce dernier ferma les yeux en sentant la chaleur de ses mains. Le blond ne put s’empêcher de sourire en le voyant faire. C’était si naturel, si adorable, il sentit son cœur se gonfler d’amour et il avait l’étrange impression qu’il allait exploser. 

Au bout de quelques secondes, Yuujirou rouvrit les yeux soudainement. 

« Attends, j’ai quelque chose pour toi, dit-il en plongeant une de ses mains dans la poche de son manteau. »

Il en ressortit un petit paquet et Aizou comprit immédiatement ce que c’était. Il ne put s’empêcher de sourire, arrivant à peine à croire que Yuujirou lui offrait quelque chose pour la Saint-Valentin, et il était désormais sûr que les rougeurs sur les joues de son petit-ami n’étaient plus dues au froid. 

Aizou prit délicatement le paquet dans ses mains. 

« Je ne les ai pas faits moi-même par contre… » Yuujirou détourna le regard, gêné. « J’ai essayé d’en préparer, mais… »

Aizou dut se mordre la lèvre inférieure pour se retenir de rire comme un bienheureux. Il se fichait de savoir si Yuujirou les avait préparés lui-même ou non, rien que de savoir qu’il avait pensé à lui était suffisant. 

Il l’enlaça soudainement et Yuujirou protesta faiblement avant de retourner son étreinte en passant ses bras autour de sa taille et en enfouissant sa tête dans son cou. 

« C’est pas grand chose… marmonna Yuujirou, gêné. 

- Qu’est-ce que tu racontes, c’est le plus beau des cadeaux ! répondit Aizou en s’éloignant juste assez pour voir le visage de Yuujirou. »

Ce dernier fronçait légèrement les sourcils et semblait vouloir lui dire quelque chose, sans réellement oser.

« Yuujirou ? 

- Les chocolats que j’ai faits… Je les ai sur moi, mais- 

- C’est vrai ?! s’exclama Aizou. Montre-les moi ! » 

Yuujirou hésita à lui annoncer qu’ils étaient probablement tellement immondes qu’il pourrait s’en servir comme poison, mais Aizou semblait si excité par la prospective de chocolats faits maison qu’il plongea de nouveau sa main dans la poche de son manteau pour en ressortir un autre paquet. Celui-ci n’était pas aussi parfait que celui qu’il avait acheté en magasin, il était même plus que banal, mais les yeux d’Aizou s’illuminèrent lorsqu’il le vit. 

« Des chocolats faits maison par Yuujirou… chuchota-t-il en prenant le paquet, émerveillé. 

- Je te conseille de ne pas les manger. 

- N’importe quoi ! Je vais les savourer jusqu’au dernier, déclara-t-il en rangeant les deux paquets. »

Il prit ensuite le visage de Yuujirou dans ses mains et déposa ses lèvres sur les siennes dans un doux baiser. 

« Merci, Yuujirou, dit-il d’une voix si douce que Yuujirou ne put s’empêcher de rougir d’avantage. 

- Arrête, c’est pas grand-chose. 

- C’est le meilleur des cadeaux. Je t’adore, je t’aime, tu es l’homme de ma vie ! déclara-t-il soudainement avant de parsemer son visage de baisers, en déposant sur ses joues, son front, ses paupières, son nez, jusqu’à ce que Yuujirou se mette à rigoler. »

Aizou rit à son tour et finit par embrasser ses lèvres. Yuujirou déposa ses mains sur celles du blond et lui rendit son baiser, ouvrant les lèvres pour l’approfondir et soupira de plaisir lorsqu’il sentit la langue d’Aizou caresser la sienne. Ils passèrent de longues minutes à s’embrasser, dans un coin du studio, aucun des deux ne voulant se détacher de l’autre. 

Lorsqu’ils entendirent Hiyori les appeler pour qu’ils se préparent, ils décidèrent qu’il était temps de commencer à travailler. Après un dernier baiser, Aizou colla son front contre celui de Yuujirou et regarda avec fascination son petit-ami ouvrir lentement les yeux, un sourire timide aux lèvres. 

« Joyeuse Saint-Valentin, Aizou, chuchota Yuujirou. 

- Joyeuse Saint-Valentin, Yuujirou, répondit Aizou, tout aussi bas, avant de rapprocher son visage du sien dans l’espoir de lui voler un dernier baiser. 

- Pitié, ne recommencez pas à vous embrasser, on est déjà en retard sur le planning de ce soir, supplia Hiyori et, elle ne l’avouerait jamais, mais elle ressentit une légère satisfaction lorsqu’ils sursautèrent et se séparèrent en rougissant et en bégayant. »

1. Homemade Chocolate 1547 0 0