100 Façons de mourir : Recueil d'OS @memepotter952504
Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour ceux

Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour ceux qu'on aime ?

Défi Répliques Cultes – "Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil, ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ? C'est là que je t'aimerai toujours, c'est là que je t'attendrai." Hook ou la Revanche du Capitaine Crochet

Le Défi fou : 217 UA - Moldu

Petit prompt à la pelle – « Bien, mauvais, c'est moi qui ai le flingue. »

Si tu l'oses – 224 Enfant de choeur

Prompt of the day – macabre

TOC ! TOC ! TOC !

Severus Snape, grand chirurgien de l'hôpital royal de Londres, se réveilla en sursaut chez lui, dans sa petite maison de campagne. Il avait entendu un bruit.

TOC ! TOC ! TOC !

Quelqu'un frappait à sa porte. Il regarda l'heure. Une heure du matin. Il fronça les sourcils et se vêtit de son peignoir pour se diriger vers sa porte d'entrée.

« Qui est là ? » demanda-t-il.

« Severus, c'est Lily ! J'ai besoin de ton aide ! »

Rien qu'en entendant sa voix paniquée, l'homme avait immédiatement tourné la clef dans la serrure et avait ouvert la porte. Il vit sa vieille amie d'enfance, Lily Evans, sur le seuil, tenant son fils de deux ans dans ses bras. Elle avait le visage quelque peu tuméfié et comportait encore quelques traces de sang et elle avait avec elle un petit sac de voyage.

« Est-ce que je peux entrer ? » demanda-t-elle.

« Oui, bien sûr, » répondit-il en s'écartant. « Qu'est-ce qui t'est arrivé ? »

« C'est ... C'est James. »

Elle regarda son fils, il était endormi sur son épaule.

« Ne me dis pas qu'ii t'a ... » Severus ne finit même pas sa phrase et soupira. « Viens dans le salon, je vais chercher ma trousse de soins. »

Il alla immédiatement dans la salle de bain et prit le nécessaire pour soigner la jeune femme et revint sur ses pas. Il posa le tout sur la table et la regarda s'occuper de son fils. Ce dernier s'était réveillé et il avait semble-t-il le bras dans une écharpe de fortune.

« Est-ce que tu peux l'examiner d'abord, s'il te plait ? »

« Hmm ... oui, » bâilla le médecin. « Mais je te rappelle que je suis chirurgien à la base ... Ce serait mieux que tu ailles à l'hôpital. »

« La dernière fois que je l'ai fait, il m'a retrouvée rapidement et j'ai du retourner avec lui. Sauf que je ne veux pas qu'il nous retrouve cette fois. Il est allé trop loin. »

« Vu que Potter n'a jamais été un enfant de choeur au lycée et que tu t'es quand même mariée avec, je serais curieux de savoir quelle horreur il a faite cette fois, » répliqua doucement Severus alors qu'il ôtait l'écharpe et examinait le bras sommairement bandé du garçon. Il saignait encore un peu. « Il va falloir recoudre. »

« Tu peux faire cela ? »

« Oui mais je n'ai pas d'anesthésiant ici, il va le sentir passer ... » Le médecin fixa sa trousse de soins d'un air pensif. « Ecoute, vu que cela saigne bien, le mieux serait que tu ailles malgré tout à l'hôpital. Laisse-moi juste le temps de m'habiller et on va à l'hôpital royal. »

« D'accord, » répondit-elle après un moment de réflexion.

Severus posa une main sur son épaule.

« Je travaille là-bas, je vais leur demander d'être discret mais pour le recoudre j'ai vraiment besoin de matériel que je n'ai pas ici. Si cela avait été toi, je sais que tu aurais accepté d'être recousue à vif mais lui ... » il posa son regard onyx sur le bambin. « Il a quoi un an ? Deux ans ? »

« Deux ans oui. D'accord, merci Severus. »

« Qu'est-ce que je ne ferais pas pour tes beaux yeux, Lys ? » sourit-il en réponse. Elle lui fit un mince sourire. « Je reviens dans deux minutes. »

Dans les jours et semaines qui suivirent, Lily et Harry restèrent chez le chirurgien pour plus de sécurité. Cela ne dérangeait absolument pas ce dernier, au contraire, il s'était même proposé. James Potter fut finalement arrêté et jugé. Ses condamnations furent multiples : coups et blessures sur sa femme et son fils, vol à main armée et vente d'héroïne. Le fait qu'il aie levée une arme contre des officiers de police n'avait pas arrangé son affaire. Il en avait pour cinq ans. Lily en profita d'ailleurs pour divorcer.

Avec le temps, les deux vieux amis se retrouvèrent et passèrent beaucoup de temps ensemble, Lily n'ayant plus aucun endroit où aller puisque c'était Potter qui gérait les finances. Elle n'avait absolument aucun emploi. Le chirurgien l'aidait au mieux et devint presque un oncle pour le petit Harry. Au bout de deux ans à se cotoyer et repartager de bons moments, Severus osa faire le pas et l'invita à sortir, un rendez-vous galant... Elle avait dit oui. Ils finirent en couple et avancèrent lentement dans leur relation. Ils voulaient construire quelque chose de durable. Une chose était sûre au moins pour eux deux, Harry avait totalement adopté Severus. Il l'adorait et aimait passer du temps avec lui. C'était déjà un bon point.

Le chirurgien rentra de son boulot avec le sourire aux lèvres. Enfin, un plus grand sourire que d'habitude. Il était passé par chez le bijoutier. Il voulait lui faire sa demande. Il avisa l'heure. Harry serait encore à l'école pendant encore quelques heures. Il avait un peu de temps avec sa petite amie avant qu'il ne revienne. Lily était dans la cuisine en train de préparer le repas de midi et le salua d'un beau sourire et d'un baiser.

« Comment s'est passé ta journée, mon ange ? »

« Cela a été. Quelques petites interventions seulement. Pour une fois que les londoniens décident de ne pas causer d'accident ! Cela fait du bien de temps en temps un peu de repos. Et toi ? »

« J'ai fait un peu de ménage et ... j'ai une surprise pour toi ! » ajouta-t-elle en mettant la casserole sur la table.

« Ah ? » fit Severus, curieux.

« Mange avant que cela refroidisse. »

« Oui, Madame, » dit-il, la faisant pouffer. « Cela tombe bien, j'ai une surprise pour toi aussi. »

« Ah ? »

« Ah non, tu as dit que nous mangions d'abord, alors on mange ! » rouspéta-t-il doucement, un sourire sur le coin des lèvres.

Ils rirent tous les deux et discutèrent de tout et de rien. Puis, ils allèrent au salon s'installer dans le canapé. Il lui tenait les mains avec douceur, amoureusement. Il l'avait toujours aimée. Peut-être pas du premier jour comme cela car ils se connaissaient depuis l'enfance, mais quand même depuis longtemps. Déjà à l'âge de quatorze-quinze ans, il était amoureux de la belle rousse. Il y avait juste eu une ombre au tableau : James Potter. Maintenant que cet enfoiré qui avait fait de sa scolarité un enfer était loin, certes libéré depuis un an maintenant, mais loin, il avait enfin sa chance avec Lily. Et il allait la tenter. Il s'arma de courage et posa un genou à terre et sortit l'écrin qu'il avait dans sa poche.

« Sev ? » fit-elle surprise.

« Lily, je te connais depuis ma plus tendre enfance et je t'aime depuis très longtemps. Nous avons eu comme tout couple des hauts et des bas, mais aucune femme n'a pas te surpasser car pour moi tu as toujours été ma perle rare et je suis très honoré d'avoir partagé ta vie jusqu'à présent. » Il ouvrit l'écrin, révélant une petite bague de fiançailles avec une petite émeraude comme ornement. « Maintenant, je souhaiterais aller plus loin avec toi. Lily Evans, accepterais-tu de devenir ma femme ? » termina-t-il sur un ton solennel.

Lily était émue au possible, des larmes aux yeux et un sourire étincelant à moitié caché par ses mains. Elle était vraiment surprise. Et agréablement surprise ! Alors qu'elle s'apprêtait à répondre, la voix d'Harry se fit entendre paniquée, venant de l'extérieur.

« MAMAN ! »

« HARRY ? » répondit-elle en se redressant vivement.

« Il ne devrait pas être encore à l'école ? » fit Severus, les sourcils froncés en regardant sa montre.

Il était inquiet lui aussi. Ils se levèrent et sortirent. Le chirurgien, en voyant l'homme en face lui, tenant Harry d'un bras, une arme à feu dans l'autre, s'interposa entre Lily et lui.

« Potter, » dit-il d'une voix calme mais ferme, tout l'opposé de ce qu'il ressentait. « Laisse partir Harry, s'il te plait. Nous pouv... »

« La ferme, Servilus ! » cingla James Potter. « C'est donc ici que tu te caches depuis tout ce temps, sale trainée ! »

« Relâche Harry ! » ordonna Lily.

Sa voix tremblait légèrement. Elle avait peur. Tout comme Severus. Ils avaient peur pour eux, mais surtout pour Harry.

« Vas m'attendre dans la voiture, » ordonna sèchement l'homme armé à son fils.

« Maman ? » pleurnicha le garçon de sept ans.

« Fais ce qu'il te dit, mon chéri, » dit-elle. « Il ne t'arrivera rien si tu obéis. »

Dire ces mots lui avait déchiré le coeur, mais avec James Potter qui tenait dans sa main un revolver, mieux valait ne pas jouer avec le feu. Pas alors que l'enfant était dans le champ de tir.

« Dès que l'un de nous le peut, il faut appeler la police, » murmura Severus entre ses dents.

« Oui, » souffla-t-elle.

« Toi aussi dans la voiture, Lily ! »

« Non ! » dit sèchement Severus en voyant rouge. « Hors de question ! »

« La ferme ! »

La femme posa une main dans le dos de son amant, douce et rassurante, bien qu'un peu tremblante malgré tout.

« Je vais chercher mon sac, » dit-elle en s'éloignant à l'intérieur.

« Non, Femme ! Tu reviens ici tout de suite ! »

Lily se précipita à l'intérieur, non pas vers le salon où se trouvait son sac mais vers le bureau de Severus où il y avait le téléphone. Elle appela la police. Pendant ce temps, James Potter s'était avancé, menaçant Severus de son arme et était rentré à l'intérieur. Le chirurgien reculait, les mains en l'air, ne quittant jamais l'arme des yeux. Il devait trouver un moyen de le désarmer et de le mettre hors d'état de nuire. Le tuer si nécessaire.

« Ne tente pas quoi que ce soit, Servilus ! Ou je te tue ! »

« Je ne suis pas encore stupide, Potter ! »

« Bien, bien ..., » ricana l'homme armé. « De toute façon, pour toi, c'est bien mauvais, c'est moi qui ai le flingue ! »

« Je ne suis pas aveugle ! » siffla le médecin.

« Doucement, sale serpent. Ou je te colle une balle dans la jambe ! Lily, ramène tes fesses ! » ajouta-t-il en détournant son regard de sa future victime quelques instants.

Ce furent les quelques instants de trop. Tout ce qu'attendait Severus pour agir. Il avança rapidement et attrapa l'arme et le bras de Potter pour l'écarter de son corps et, de préférence, à l'opposé de là où se trouvait Lily. Ils se débattirent quelques instants et le chirurgien réussit à lui faire lâcher son arme qui glissa sous un meuble. Il reçut un violent coup au visage et tomba à la renverse sur le canapé. Severus avait la mâchoire extrêmement douloureuse mais il réussit à se relever.

« Tu vas me le payer Servilus ! » ricana l'homme, le regard fou. « Je vais te tuer de mes propres mains ! Je vais te tuer puis je vais repartir avec Lily et elle t'oubliera ! Tout le monde t'oubliera ! »

« Ca, c'est ce que tu crois, » siffla ce dernier en reculant vers la cuisine.

Il fit glisser sa main en arrière et sentit le frigo. Juste derrière, à l'abri du regard du taré, il y avait les couteaux. Ce n'était pas très différent d'un scalpel, juste moins tranchant, mais les points faibles de l'être humain, en tant que médecin, en tant que chirurgien, il les connaissait. Un coup bien placé et il était à terre, voire mort. Et mort semblait être la meilleur solution pour avoir enfin la paix.

Les couteaux apparurent très vite dans le coin de son oeil alors qu'il reculait toujours. Il s'en empara d'un vivement et fit face à l'homme. Ce dernier se figea, surpris, avant qu'un rictus mauvais naisse sur ses lèvres.

« Sérieusement ? » ricana-t-il. « Tu penses pouvoir me tuer ? Tu es un minable ! »

« Un minable qui travaille comme chirurgien, Potter, » répliqua Severus. « Rien que ça devrait te faire réfléchir. Je sais parfaitement comment me débarrasser de toi ! »

« Le savoir est une chose, mais le pouvoir ... le vouloir ... là, c'est une toute autre histoire ! »

James Potter s'avança lentement, ne craignant pas vraiment le couteau.

« Tu ne pourras pas me tuer, » continua-t-il, un bras tendu pour se défendre de la potentielle première attaque. « D'une part par principe et d'une autre parce que tu n'es qu'un gringalet. Un faible et un trouillard ! »

« Un trouillard qui se sacrifierait pour ceux qu'il aime, » siffla le chirurgien.

« Aimer ? » Il pouffa. « L'amour c'est pour les faibles ! Il n'y a rien de tel dans la nature ! Tout est une question de pouvoir ! »

« Preuve que tu n'as rien compris à la vie, Potter ... »

Le susnommé fonça sur le chirurgien qui en profita pour diriger sa lame directement vers sa gorge qui était la mieux exposée. Le taré l'intercepta de son bras, s'entaillant méchamment au passage, et se saisit de l'arme tranchante. L'homme donna un puissant coup dans le bras armé, au niveau du coude et put ainsi lui faire lâcher prise. Severus émit une plainte sourde alors qu'il était repoussé vers le plan de travail. James Potter serra correctement le manche du couteau de cuisine et planta immédiatement sa vieille nemesis.

Le chirurgien le sentit à peine, à cause de l'adrénaline qui circulait dans ses veines, mais il était pas idiot. Là où il avait planté, il y avait des organes vitaux, surtout que l'homme tournait la lame dans la plaie pour la faire plus béante malgré tout ce qu'il pouvait faire pour l'empêcher. James Potter était définitivement bien plus fort que lui. Il n'avait aucune chance.

« Tu vas mourir, Servilus. »

« Toi aussi, James ! » fit la voix de Lily derrière lui, à une vingtaine de mètres.

James Potter retira la lame du corps de Severus qui s'appuya sur le rebord du plan de travail, une main plaquée sur son ventre, faisant pression pour ralentir le sang qui coulait. Ce n'était pas gagné. Il en perdait beaucoup. Il avait certainement une importante hémorragie. Il observa, malgré les taches qui pointaient dans son champ de vision, Lily qui tenait le flingue et menaçait son ex-mari.

« Voyons Lily, » fit ce dernier avec un sourire mauvais. « Nous savons tous les deux que tu n'appuieras jamais sur la détente. Pose cette arme. »

La rousse trembla un peu avant d'inspirer profondément et de serrer les lèvres, les yeux étincelant de courage et de détermination.

« Adieu, James ! »

Elle tira. Le coup de feu retentit tout autour, alertant le voisin qui habitait à une trentaine de mètres. Ce dernier appela immédiatement la police – police qui était déjà en chemin – et une ambulance car qui dit coup de feu, dit blessé. Et cela pouvait s'avérer être vital.

Dans la maison du chirurgien, Lily vit le corps de James tomber au sol, agonisant, il crachait du sang. Elle l'ignora royalement, l'homme n'était plus une menace, et se dirigea immédiatement vers Severus pour l'aider. Elle entendit très vite les pas précipités d'Harry et d'une autre personne, le fermier Franck, le voisin d'à coté. Les deux arrivèrent devant cette vision macabre. Harry se précipita aux cotés de sa mère et de l'homme qu'il considérait comme son père et prit la main de ce dernier. Severus leur fit un faible sourire alors qu'il disait ce qu'il pensait être ses dernières paroles. Il voulait au moins leur dire qu'il les aimait de tout son coeur.

« Vous voyez ce moment entre le sommeil et le réveil, ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ? C'est là que je vous aimerai toujours, c'est là que je vous attendrai. »

Lily comprit le non-dit.

« Harry appelle une ambulance, vite. »

« Les secours sont déjà en route, Madame, » dit aussitôt le fermier en approchant. « Je les ai appelés il y a cinq minutes, en entendant le coup de feu. »

La rousse hocha la tête et serra l'homme qu'elle aimait dans ses bras. Il avait perdu connaissance. Elle et Harry gardaient la main appuyée sur sa plaie pour en ralentir le flux de sang, l'essui de cuisine en guise de pansement provisoire. Les secours arrivèrent rapidement et les deux blessés furent pris immédiatement en charge. James Potter mourut noyé dans son propre sang avant même d'avoir atteint l'hôpital le plus proche. Severus, quant à lui, il se battit plus longtemps.

Lily et Harry attendaient dans la salle d'attente des urgences de l'hôpital royal. Franck les avait conduit en voiture, la rousse n'était pas en état de tenir le volant. Elle avait été soulagée d'une certaine manière de la mort de James, même si un peu coupable dans le fond. C'était de la légitime défense. Mais elle se faisait un sang d'encre pour Severus. C'était lui le meilleur chirurgien de l'hôpital, et le sort avait voulu que le meilleur chirurgien soit justement celui qui était allongé sur la table d'opération.

Après de nombreuses heures d'attentes, l'homme qui se chargeait de l'opération arriva l'air sombre devant la petite famille. Lily s'effondra, en pleurs, et prit son fils dans ses bras. Severus n'avait malheureusement pas survécu. Les dommages étaient trop grands et il avait perdu bien trop de sang. Et dire qu'elle n'avait même pas eu le temps de lui dire qu'elle était enceinte. Il était mort sans le savoir. La rousse était anéantie.

Anonymous reviews have been disabled. Login to review. 1. Sacrifice 1004 0 0 2. Quand la Branchiflore ne fait plus effet 508 0 0 3. Noyade 701 0 0 4. L'Hangar à Bateaux 1312 0 0 5. La Tour d'Astronomie 711 0 0 6. Détraqueur à Privet Drive 1084 0 0 7. Une Nuit Glaciale 1015 0 0 8. Philtre d'Amour et Hydromel Empoisonné 1122 0 0 9. Une Fuite Mortelle 634 0 0 10. Miroir du Riséd 834 0 0 11. Douleur Solitaire 881 0 0 12. Et si James Potter avait été malade 702 0 0 13. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour ceux 2801 0 0 14. Un Après-Midi Pluvieux à l'Orphelinat Wo 1268 0 0 15. Pétunia Dursley dans la Forêt Interdite 565 0 0 16. Le Cauchemar de Queudver 733 0 0 17. Un Mélange Explosif 611 0 0 18. Luna Lovegood à Zombieland 1760 0 0 19. Une Vengeance, un Accident, un Mort 671 0 0 20. Je suis fier de toi, mon fils 1246 0 0 21. Un Petit Creux 500 0 0 22. La Mort du Consort du Seigneur des Ténèb 1728 0 0 23. Le dernier voyage 882 0 0 24. Mission Française qui prend de la hauteu 1618 0 0 25. Une Voix dans la Nuit 1089 0 0 26. Le Visage de la Mort 1714 0 0 27. Un Dernier Hommage avant la Mort 1555 0 0 28. Une Souris Verte … 330 0 0 29. Believe me 1700 0 0 30. Un Thé Electrique 751 0 0 31. Un 'Tragique Accident' à la Piscine 640 0 0 32. Une Dernière Etreinte 678 0 0