La grotte des tentations @voracity_karn
Chapter 3

Bon, cette fic n'aura que de petits chapitres, tant pis !

Bonne lecture !


Lorsque Michaël rentra ce soir-là, il retrouva Gabriel entouré de papiers divers, de l'encre sur les mains et au bord de la crise de nerf. Derrière lui, Naomie faisait les cent pas, le chignon de travers.

- Refais-moi ça, et vite ! Claqua-t-elle.

- Mais ça fait déjà dix fois ! Se plaignit son frère.

- Et tu en ferais le double si j'estime cela nécessaire !

- Et la planète ? Tu penses à la planète ? Sanglota-t-il faussement. C'est pas du tout écologique.

- L'écologie, c'est l'apanage des riches. Et la planète, je l'emmerde. Tu me refais cette lettre de motivation avec motivation.

Elle lui jeta un stylo à la figure pour souligner ses propos.

Autour d'eux, les plus jeunes s'amusaient du spectacle.

- J'adore rentrer à l'appart… marmonna Michaël. Il y règne toujours une atmosphère paisible et enjouée…

- Misha… pleurnicha son frère en s'agrippant à ses jambes. Sauve-moi de cette vilaine dominatrice en tailleur !

- Lâche-moi Gab', soupira-t-il en se dépêtrant de son étreinte. Je ne veux rien savoir et rien à voir avec tout ça. Oubliez-moi, tous les deux.

Il traversa le salon avec rapidité, esquivant ses frères et sœurs sur le chemin. Il avait trois heures pour se reposer, se changer et grignoter avant son nouveau travail, il n'avait pas de temps à perdre.

Malgré ces simagrées, Gabriel finit par obtempérer et ravir sa sœur, rédigeant la plus belle lettre au monde afin qu'elle lui lâche la grappe une bonne fois pour toute.

- Parfait ! Tu n'auras plus qu'à te présenter demain à la première heure !

- Quoi ? Demain matin ?!

- Pourquoi, t'as mieux à faire ?!

- Non non, glapit-il en rétrécissant sur place.

- C'est bien ce que je pensais…

Elle lui adressa un regard noir pour souligner ses propos avant de faire volte-face, ses talons claquant avec violence.

- Elle fait peur, grande sœur Naomie, déclara Samandriel d'une voix timide.

- Sans blague, marmonna Gabriel en rangeant ses affaires. Allez les morpions, le spectacle est fini, sortez les devoirs.

Des soupirs et des pieds traînés se firent entendre alors qu'ils se mettaient en place.

- Hé hé, je gagne toujours !


- J'suis grave sexy, youpi ! Lança-t-il platement.

Gabriel se tortilla devant le miroir en pied pour s'admirer correctement dans sa nouvelle tenue de travail. C'était une combinaison bleu pétrole avec plein de poches et son nom brodé sur la poitrine.

- Je ressemble à un sac poubelle. C'est pas comme ça que je vais emballer de jolies petites étudiantes.

- Essaye seulement et je t'arrache les couilles pour les clouer au portail, cingla sa sœur.

Elle ajustait ses boucles d'oreille et revérifiait son maquillage, par-dessus l'épaule de son frère.

- Tu as fait ton sac ? Demanda-t-elle.

- Oui, il est dans l'entrée. Je vais rester une semaine là-bas et ne reviendrai que samedi. D'ici-là, l'appart' aura brûlé dix fois.

- Mais non, on aura juste déménagé sans laisser d'adresse !

- Va mourir, toi.

Ils rejoignirent l'arrêt de bus puis la fac où ils se séparèrent.

- Essaye de ne pas tomber dans la benne à ordures ! Le salua-t-elle.

- Pète-toi un talon ! Répliqua-t-il.


Jessica secoua ses boucles blondes avec désespoir.

Elle était revenue deux jours plus tôt et passait de déconvenue en déconvenue, sa chambre ayant l'air d'être la cible d'esprits malfaisants.

Actuellement, elle était entre une mini-inondation et toute la tuyauterie bouchée.

Un cauchemar.

- À ton avis, qui devrais-je appeler ? Sanglotait-elle au téléphone.

- Ghostbusters ? Proposa sa colocataire, encore chez elle.

- Je me serais plutôt attendue à un plombier…

- Oui, aussi. Mais commence plutôt par un concierge. Il devrait savoir vers qui te diriger.

- Tu crois ?

- Oui. C'est leur boulot. Et, vite, avant que mon tapis vintage devienne une serpillière.

- Alors raccroche, que je sauve cette imitation made in China.

- Comment oses-tu !

Mais Jessica lui raccrocha au nez et fila hors de la chambre pour rejoindre le rez-de-chaussée et ainsi la loge où il y avait toujours un gardien.

- Bonjour jolie demoiselle ! La salua gaiement celui justement présent.

- Oui, bonjour, j'ai un souci avec la plomberie de ma chambre…

- Oh, vous avez donc besoin d'un plombier ?!

Il avait utilisé un sourire pervers et des haussement de sourcils tendancieux, ce qui révulsa la jeune femme qui eut un mouvement de recul, jusqu'à ce qu'un autre concierge ne surgisse de derrière un casier et vienne lui mettre un taquet derrière la tête.

- Oubliez ce rigolo, mam'selle ! Il a commencé hier et ne peut s'empêcher de tout prendre à la blague. Qu'avez-vous ?

- Euh, la plomberie de ma chambre, balbutia-t-elle. Des fuites et un bouchon… je crois.

- Gabriel, tu prends les outils, mam'selle, ouvrez-nous le chemin !


- Sammy ! Tu m'as tellement manqué !

Jessica sauta au cou de son petit-ami qui trébucha avant de les stabiliser.

- Jess', enfin ! Fais attention !

Un sourire crispé d'excuse sur les lèvres, elle le tira par la manche pour les éloigner du hall d'entrée.

- On va dans ta chambre ?

- Euh, oui, si tu veux…

Il se laissa traîner jusqu'à l'étage et se retrouva assis sur son lit piper mot.

- Euh ?

Il avait toujours son sac de révisions sur le dos et son Dalloz dans les bras.

- Ce n'est pas un peu… précipité, comme retrouvailles ? Osa-t-il. Tu m'as manqué, bien sûr, mais…

- Mais non, idiot, je ne vais pas te sauter dessus, c'est juste qu'ici, les murs ont moins d'oreilles !

- Ah… souffla-t-il en se détendant significativement. J'ai eu peur, pour tout t'avouer.

- Stupide, gloussa-t-elle en l'embrassant sur le front. Je voulais juste te parler.

Jessica se blottit dans ses bras en souriant.

- C'est le nouveau concierge…


- Alors, cette semaine ? Demanda Anna en voyant Gabriel débarquer.

Elle s'étouffa avec ses pâtes quand il se tourna vers elle.

- Tu… ce sont des coquards ?

- Nan, des lunettes de soleil sans branche, grinça-t-il. Je vais me coucher.

- Euh, bonne nuit, à demain, dans ce cas…

Elle resta figée dans sa position, fourchette en l'air et ne se reprit qu'un retour de Balthazar qui claqua la porte d'entrée un peu trop violemment.

- Il reste des pâtes ou t'as fini le plat ?

- Dans le frigo, marmonna-t-elle en recommençant à manger. Fais gaffe, Camaël a grillé le micro-ondes. Raphaël doit le porter demain à un réparateur.

- On a le budget ? S'étonna-t-il. C'est bientôt l'anniversaire d'Uriel.

- C'est un de ses paroissiens, il le fera gratuitement, de ce que j'ai compris.

- Cool, des nouilles froides. Un fantasme peu réalisé dans ma vie…

Il s'installa en râlant, coupant sa part directement dans le plat de pâtes agglutinées.

- Il nous reste de l'arnica, au fait ?

- Euh… pour accompagner le dîner ? Je ne crois pas que c'est comestible…

Fatiguée, elle lui piqué un morceau conséquent de son assiette pour se venger.


Voracity Karn

Anonymous reviews have been disabled. Login to review. 1. Chapter 1 2078 0 0 2. Chapter 2 1969 0 0 3. Chapter 3 1088 0 0