I am what I am @voracity_karn
Chapter 1

Bonjour bonjour~

Je vous présente le frère jumeau de "Harry James Potter, pupille de la nation" !

A la base, j'avais emprunté la famille Kirkland de Aristo-Barjo, mais je n'en aimais pas le rendu alors j'ai abandonné l'affaire (ça risque de se sentir un peu lors des deux premiers chapitres, j'ai juste viré les personnages supplémentaires). Donc, tout le monde est humain.

J'espère qu'il vous plaira :)

Disclaimers : - L'univers de Harry Potter appartient à Rowling.

- L'univers de Hetalia appartient à Hidekaz Himaruya.

- Le titre appartient à Gloria Gaynor, une chanson sympa :)

Bonne lecture !

Aileas : Britannia (la mère) / Tugdual : Celte (le père) / Lachlan (plaine du lac) : Ecosse / Iverna (île verte) : Irlande / Aodh (feu) : Irlande du Nord / Rhian (petit roi) : Pays de Galle

Dans la campagne galloise, dans un manoir rendu incartable par la force des choses plus que par réel souci du secret, un paisible petite famille s'éveillait doucement et s'apprêtait à prendre son petit-déjeuner dans la joie et la bonne humeur.

BOUM

-QUI A LAISSÉ ARTHUR S'APPROCHER DE LA CUISINIÈRE ?

-Hé, j'ai rien fait !

-Arrêtez de chercher le coupable et éteignez le feu, bordel !

Mais loin d'être de cet avis, les deux brailleurs se jetèrent l'un sur l'autre pour se ruer de coups alors que leurs aînés apaisaient les flammes afin de récupérer l'électro-ménager. Ça ne serait que la troisième fois depuis le début du mois…

Soupirant bruyamment, Aileas se fraya un chemin parmi la massa agglutinée de ses enfants et se contenta de claquer les doigts pour étouffer le feu.

-Un feu magique s'éteint par la magie, énonça-t-elle de la voix lasse de quelqu'un répétant une leçon encore et encore. Iverna, Arthur, cessez de vous battre ou je vous accroche au mur, c'est compris ?

Les belligérants se séparèrent, non sans un dernier coup de pied, les cheveux en bataille et un peu de sang maculant leurs peaux.

-Allez vous asseoir et éloignez-vous tous de la cuisine ou je vous promets que vous serez les prochains à être rôtis. Je me suis fait bien comprendre ?

Dans un bruit de pas précipités, le groupe d'enfants fila s'installer sans rien rajouter. Car les menaces de leur tendre mère étaient rarement du vent. Ils l'avaient appris à la dure, bien sûr.

Installés à la table rudimentaire (une large planche de bois avec quelques morceaux d'écorces encore accrochés), les six petites têtes blondes… rousses… brunes ? Erf, les six enfants de tout âge fixèrent le ballet de la vaisselle et de la nourriture sortir des placards et se déposer sur la table.

Et c'est alors que les jumeaux tendaient la main pour se saisir du pot de chocolat en poudre que la porte s'ouvrit à nouveau et qu'un homme à la large carrure et à la chevelure rousse et sauvage pénétra dans la pièce.

Tous les regards étaient rivés sur lui, les souffles étaient retenus…

-Qui a mis du colorant dans mon gel douche ?

Le faible chuintement ne présageait rien de bon et les aînés s'empressèrent de prendre la poudre d'escampette, abandonnant lâchement les deux plus jeunes qui s'entre-gardèrent avant de renifler bruyamment.

-Ce… c'est pas nous ! Articula l'unique brun.

-Tugdual, ne viens pas perturber le petit-déjeuner !

La voix cinglante de son épouse le secoua et il se tourna vers elle, l'air penaud, tandis que les deux petits démons en profitèrent pour s'attaquer à la soupière de porridge.

-J'ai la peau bleue ! J'ai le droit de chercher le coupable, non ?

-Je vois surtout que tu as les oreilles étrangement normales, quelque chose à dire pour ta défense ?

Harry et Arthur mangèrent tranquillement, les yeux fixés sur leurs parents qui se disputaient. Ils y étaient tellement habitués que ça ne les défrisait pas plus que ça. Leurs frères et sœurs revinrent un à un dans la cuisine pour imiter.

Tant que l'attention des adultes était occupée, ils étaient tranquille. Il fallait juste que ça dure. Et l'hygiène un peu rustique de leur père avait tendance à bien concentrer l'intérêt de leur mère.

Au moins, le temps qu'ils se sustentent, quoi…

Harry retournait encore et encore la pièce de parchemin entre ses doigts qu'il avait reçu après le petit-déjeuner.

L'arrivé du hibou postal avait amusé sa famille. C'était si peu fiable, si archaïque, si dépassé comme moyen de communication ! Mais au moins, l'animal avait occupé l'attention de quelques-uns.

Pas assez longtemps, cependant, pour qu'ils ne remarquent pas le spectacle que donnait le sixième enfant auquel était adressé le courrier.

-Mais tu vas l'ouvrir, oui ? Râla Aodh.

Il se jeta sur lui pour lui retirer l'objet de sa concentration mais il esquiva avec habitude, cachant le pli sous son maillot pour le mettre en sécurité.

-Iverna ! Attrape-le !

Mais Harry était une véritable petite anguille quand il le voulait et il put donc se réfugier derrière Lachlan qui caressait le plumage du hibou du bout des doigts. Il n'y avait bien que leur aîné et leurs parents à pouvoir défier le futur druide. Atteindre la majorité magique donnait parfois un caractère épouvantable. Et savoir que ça allait bientôt être le tour des jumeaux n'était pas pour rassurer qui que ce soit.

Déchiquetant minutieusement l'enveloppe, il atteignit enfin les parchemins pliés où une calligraphie soignée l'informait de son inscription et de sa scolarité à l'école de Poudlard.

-Une école de sorcellerie ? Ça veut dire quoi ? Demanda-t-il à la cantonade, les sourcils froncés.

-C'est pour les dérivés de mage, trop faibles pour maîtriser la magie sans se mettre en danger, répondit Rhian. Pourquoi ?

-Selon l'expéditeur, je serais un de ces dérivés de mage.

-Impossible, tu es un Kirkland. Et nous descendons des druides, des mages et des élémentaires.

Le regard peiné que lui lança le jeune garçon le fit vaciller dans son discours.

De la fratrie, ils n'étaient pas nombreux à se souvenir de l'arrivée de leur père avec un nourrisson dans les bras, dégoulinant de l'averse qui les avait gardé enfermé en ce jour de fête des morts.

Avec ses yeux verts, il était facile de faire abstraction de la couleur de ses cheveux.

Après tout, Arthur était blond et eux-même vacillaient entre toutes les teintes de roux. Qu'est-ce qu'un brun parmi cette palette ?

-Selon cette McGonagall, je suis un sorcier. Ou, en tout cas, je suis apte à entrer dans leur école. J'ignore qui m'y a inscrit, par contre.

Mais Rhian s'était levé et avait déjà quitté la pièce, à la recherche de leur mère.

Pour une pareille affaire, on ne pouvait pas vraiment compter sur leur rustre de père. Elle, elle saurait comment lui annoncer la nouvelle.

-Tu as été adopté, Harry.

Ç'aurait pu être un grand moment d'émotion si Aileas n'épluchait pas des pommes de terre en même temps.

Rhian leva les yeux au ciel mais ne put en vouloir à leur mère. Malgré leur goût pour la théâtralité, ils ne s'en drapaient pas toujours. Et là, le repas était une priorité, beaucoup plus que materner Harry qui n'en avait pas besoin.

-Et, tu l'auras compris, tu es un sorcier, au même titre que feu tes parents.

-Ils ont été assassiné ?

La magie protégeait de nombreuses maladies en tout genre, bien que les enfants restaient fragiles tant qu'ils ne stabilisaient pas leur niveau, et celles qui restaient était parfois mortelles, telle la dragoncelle ou la peste, et contagieuses. Il n'aurait pu s'en sortir.

-Oui. Tu avais des souvenirs, quand tu étais petit, mais on te les a retiré sinon tu faisais des cauchemars presque tous les soirs.

Lachlan pouvait voir son petit-frère se renfermer un peu plus à chaque mot, mais il ne savait pas quoi faire. Le hibou hululait sur son épaule, se moquant de ce qui se passait.

-Je peux les récupérer ?

-Uniquement si tu es assez fort pour les revivre. Donc non, pas pour le moment.

Régulièrement, elle jetait les pommes de terre pelées dans un grand faitout rempli l'eau, rythmant la conversation de « plouf ».

-On fait quoi, maman ? On ne peut pas laisser Harry aller tout seul dans cette école inconnue !

-C'est à lui de décider.

-D'après la lettre, je dois leur envoyer une réponse avant fin juillet.

-Tu as moins d'un mois pour te décider. Nous pouvons t'apprendre à maîtriser tes pouvoirs, bien sûr. Mais cette école te permettra d'être avec d'autres sorciers.

Malgré ses mots froids, elle craignait que Harry vive mal sa différence de puissance et de possibilité d'avec sa fratrie adoptive.

-J'y réfléchirai.

-Prends ton temps. Et viens m'aider avec les pommes de terre, tu veux ?

Voracity Karn

Anonymous reviews have been disabled. Login to review. 1. Chapter 1 1278 0 0 2. Chapter 2 1458 0 0